Métiers du web

La pédagogie par projet pour se former aux métiers de l’informatique

Written by admin

La pédagogie par projet pour se former aux métiers de l’informatique

La production d’exercices, à travers des cas concrets, constitue un dispositif pédagogique adapté pour acquérir les compétences du digital. Pour permettre aux étudiants de devenir plus rapidement opérationnels en entreprise, des écoles comme l’ESGI basent ainsi leur pédagogie sur l’apprentissage par projets.

La pédagogie par projet, appliquée par l’ESGI, permet d’acquérir des compétences opérationnelles. © goodluz – stock.adobe.com

Pour acquérir et maîtriser leurs compétences, les étudiants du digital doivent confronter rapidement leurs connaissances théoriques à la réalité du terrain. Cette mise en pratique constitue une étape essentielle des apprentissages. En travaillant tout au long de leur cursus sur la réalisation de cas concrets, à la demande des entreprises ou d’organisations internationales, ils appliquent les enseignements théoriques abordés en cours dans le milieu professionnel.

Les projets font partie intégrante de la pédagogie appliquée par l’ESGI, l’école supérieure de génie informatique en alternance. Réalisation d’un CMS from scratch, hackathon inter-écoles, workshops… Les élèves produisent une série d’exercices tout au long de leur formation, quelle que soit la filière choisie. L’objectif : acquérir des compétences opérationnelles et une vision professionnelle sur des thématiques liées à l’informatique.

Devenir opérationnel plus rapidement grâce à des cas concrets, parfois en temps réel

Les modules enseignés à l’ESGI sont validés par la réalisation d’un livrable. Pour la spécialisation Ingénierie du web, un projet annuel, présenté en fin d’année, fait partie des conditions de validation du diplôme. Une soutenance finale est prévue devant un jury composé d’entreprises partenaires, d’intervenants professionnels ou d’anciens élèves, avec un barème communiqué à l’avance. « L’intérêt principal de ce dispositif est que les élèves apprennent beaucoup plus et s’enrichissent en côtoyant les autres membres de leur groupe, qui évoluent en alternance dans d’autres entreprises, avec des méthodes, des pratiques et des outils différents. Cette pédagogie apporte un autre type d’enseignement que l’on ne pourrait pas transmettre de manière théorique », explique le directeur pédagogique de la filière, Yves Skrzypczyk.

Pour Boris Stocker, qui dirige la spécialisation Management et Conseil en Systèmes d’Information (MCSI), les projets permettent d’inscrire les étudiants dans une démarche spécifique. « Nous essayons de les placer au plus proche de la réalité sur la base de problématiques, qui ont pu voir le jour dans les entreprises. Ils n’ont pas accès à toutes les informations dans le milieu de l’entreprise. Tous les éléments nécessaires à la résolution d’un problème donné ne sont pas entre leurs mains. C’est à eux d’aller chercher l’information, la construire, lui donner de la valeur ajoutée. »

Les élèves travaillent à partir de cas concrets, parfois en temps réel, ce qui leur permet de devenir plus rapidement opérationnels. « Au cours de leurs années d’étude, il faut qu’ils soient confrontés à de vrais cas, avec des problèmes qu’ils pourront rencontrer, afin que l’on puisse leur fournir des outils et des méthodes dont ils se serviront tout au long de leur carrière, confirme le directeur pédagogique de la filière MCSI. Notre objectif est de leur faire gagner 5 à 10 ans dans leur carrière en leur donnant toutes les clés dont ils auront besoin. Ainsi, nous aurons réussi notre mission. »

Acquérir un regard professionnel tout en évoluant techniquement

Dans la filière Ingénierie du web de l’ESGI, les élèves réalisent entre 10 et 12 livrables au cours d’une année, dont le projet annuel. Mené par des groupes de 2 à 4 personnes en fonction de la complexité du sujet, ce dernier fait appel à plusieurs compétences et offre la possibilité de mettre en pratique plusieurs modules transverses. « Le projet annuel permet de fusionner plusieurs matières que les élèves vont aborder au cours de l’année. Il représente le fil conducteur pendant presqu’un an sur la réalisation d’un projet professionnel avec une soutenance en fin de cursus », précise Yves Skrzypczyk.

La création d’un CMS from scratch

En 3e année, les étudiants doivent ainsi réaliser un CMS from scratch, sans aucun outil existant. Ils se basent sur ce que propose WordPress et doivent le réaliser en un an. « L’objectif n’est pas de manipuler ou de maîtriser un outil existant, mais de refaire ce qui existe. Cela leur permet d’acquérir un regard professionnel, c’est ce que l’on appelle de la rétro engineering », ajoute le directeur pédagogique de la filière. Pour cela, les élèves sont accompagnés : 15 heures sont allouées au suivi du projet annuel, avec un cours de PHP pour développer l’application, un cours d’intégration et de conception pour faire des maquettes, les modéliser et les rendre réelles, un cours de conception de base de données, et un autre sur les méthodologies agiles.

Un hackathon inter-écoles

L’année suivante, les élèves de la spécialisation Ingénierie du web participent à un hackathon. « Cette année, le client sera le ministère des Armées. Les différents groupes vont travailler à partir d’une problématique digitale fournie par le ministère. Ils ont une semaine pour proposer un MVP (Minimum Viable Product) : plus qu’un début de projet, ils doivent présenter quelque chose d’exploitable pour répondre à la problématique énoncée. C’est un gros challenge avec des récompenses pour les 3 groupes vainqueurs. » Ce type de hackathon, dont le prochain aura lieu en mars 2021, rassemble des étudiants à la fois de l’ESGI, mais aussi d’autres écoles du réseau GES, comme l’ECITV (marketing digital et communication audiovisuelle) ou l’ICAN (design). « S’ils sont un peu réticents au début car ils ne se connaissent pas, ce type de hackathon plaît beaucoup aux élèves. C’est l’une des expériences qu’ils préfèrent dans l’année car cela leur permet d’évoluer techniquement et professionnellement », poursuit Yves Skrzypczyk.

De nombreux autres projets sont proposés tout au long de l’année, parmi lesquels :

  • L’organisation de meetups pour les étudiants de 5e année, organisés sur Twitch en raison des conditions sanitaires : choix d’un thème en rapport avec le digital, prise de contact avec les conférenciers et les sponsors pour se créer un réseau et apprendre à l’intégrer,
  • La participation à des workshops pour permettre aux élèves d’acquérir des compétences complémentaires en marge de la filière suivie,
  • Des cours électifs, à choisir à partir d’un catalogue et à suivre à distance, pour monter en compétences sur d’autres thématiques enseignées à l’ESGI (blockchain, sécurité informatique, ingénierie de la 3D et des jeux vidéo…), afin de s’ouvrir à de nouvelles opportunités,
  • Les Days : pendant la demi-journée organisée par chacune des filières, les étudiants ont la possibilité de participer en animant une conférence sur le thème de leur choix, un exercice qui leur apprend à prendre la parole en public, organiser un support de cours et répondre aux questions de leur audience.

Ces projets permettent aux élèves de l’ESGI de se faire remarquer et même d’être embauchés par des entreprises partenaires, notamment lors des meetups ou des Days.

Découvrez le programme de la spécialisation Ingénierie du web de l’ESGI

Apprendre à suivre une démarche et la culture du processus

Les étudiants de la filière spécialisée dans le Management et Conseil en Systèmes d’Information (MCSI) pilotent jusqu’à 5 projets par an. Pour des questions de logistique et pour faciliter les échanges, les groupes sont sensiblement les mêmes. Les thématiques sont diverses : intelligence artificielle, big data, droit informatique et déontologie, ou encore le pilotage des contrats. Les enseignants accompagnent et coachent les différents groupes. En MCSI, ce type d’exercice est très apprécié par les élèves. « II y a une interaction très forte entre le demandeur, que ce soit l’entreprise ou l’organisation ayant émis le besoin, et les étudiants qui peuvent leur poser des questions », remarque Boris Stocker.

Un projet de workshops pour le système de santé du Pérou

Cette année, la semaine d’intégration a été l’occasion pour les élèves de 3e année de travailler sur un cas concret. « Le gouvernement du Pérou nous a demandé de mettre en place 5 workshops pour le Programme national d’investissement dans la santé (PRONIS) : télémédecine, infrastructure, processus pour établir les schémas directeurs d’un système d’information, questions liées à la cybersécurité organisationnelle et impact de la digitalisation dans une entreprise sur les métiers connexes. »

Les résultats des travaux menés par les étudiants de l’ESGI ont été présentés et utilisés fin novembre 2020 par l’APHP-International. « C’était une expérience positive avec du beau travail réalisé par les élèves. Ils ont été confrontés à la réalité. Même s’ils ne connaissaient pas la méthodologie à suivre, pendant la semaine d’intégration, ils ont travaillé avec les outils qu’ils maîtrisent. Au cours de leur cursus, nous aurons l’occasion de revenir dessus et leur apporter les éléments qu’ils pourront utiliser par la suite ».

La compétence du processus, un élément essentiel pour le MCSI

Ces projets permettent aux étudiants d’acquérir la compétence du processus. « Quand une nouvelle problématique nous est soumise, nous avons envie d’avoir toutes les réponses tout de suite, sinon nous sommes dans l’angoisse de ne pas tout savoir. Nous leur apprenons à suivre une démarche. Nous les rassurons en leur disant qu’ils ne peuvent pas disposer de tous les éléments immédiatement. Tout s’éclaircit par la suite. La culture du processus est très importante pour le MCSI », analyse le directeur pédagogique.

Le programme de la spécialisation en Management et Conseil en Systèmes d’Information de l’ESGI

L’ESGI, qui est présente sur Paris, Lille, Lyon, Grenoble, Reims, Aix-en-Provence, Nantes et Toulouse, propose un tronc commun aux 2 premières années, à suivre en initial ou en alternance, avec la possibilité de choisir la spécialisation MCSI dès la 2e année. À partir de la 3e année, 9 filières permettent de se spécialiser dans les métiers de l’informatique, en cycle Bachelor et Mastère :

Candidatez en ligne pour suivre l’une des formations en informatique proposées par l’ESGI

Source link

About the author

admin

Leave a Comment