Outils

WBS : une méthode pour structurer les étapes d’un projet

Written by admin

WBS : une méthode pour structurer les étapes d’un projet

L’objectif de la méthode WBS est de faciliter la décomposition du travail, pour obtenir une série de tâches plus rapides à réaliser.

Découpez votre projet en plusieurs étapes facilement réalisables ! © Andrii – stock.adobe.com

Lorsque l’on se lance dans un projet, il est important de décomposer méthodiquement les étapes qui vont l’animer. Cette vue d’ensemble va nous permettre de mieux planifier les tâches, et de déterminer au mieux les solutions pour réaliser le projet. L’une des stratégies les plus efficaces pour structurer les étapes du projet est la méthode WBS (Work Breakdown Structure). Son principe est simple : décomposer tout le travail du projet en étapes simples et courtes. Grâce à ce principe, on garde le contrôle sur la charge de travail, puisque chaque étape est rapide, plus facile à estimer, et à planifier. Le WBS décrit l’objectif final, et non pas le moyen d’atteindre cet objectif.

Initialement créé par le département américain de la défense, pour la création du missile POLARIS (tout premier missile à tête nucléaire), le WBS est présenté en 1962 par la NASA, qui rédige un article sur la méthode.

La méthode WBS se base sur plusieurs règles fondamentales :

  • la règle des 100 %,
  • les éléments exclusifs,
  • la finesse de découpage,
  • le schéma ne doit pas nécessairement être symétrique,
  • les livrables sont préférables aux actions.

Le WBS s’utilise dès le lancement d’un projet, et continue d’être utilisé jusqu’à sa toute fin.

La règle des 100 %

On considère que lorsqu’on réalise un projet, la totalité des tâches à accomplir pour le terminer représente un total égal à 100 %. À chaque étape du schéma, la totalité des tâches sera toujours égale à 100 %. En effet, il est impossible d’obtenir plus de 100 % en rajoutant d’autres tâches, puisque la méthode WBS exclut toutes les tâches qui ne concernent pas directement le projet.

Les éléments exclusifs

Chaque unité doit être exclusive et correspond à un niveau hiérarchique : le projet mère, des tâches enfants et des sous-tâches.

Il ne faut pas qu’une même tâche se retrouve dans plusieurs branches différentes du schéma. Cette règle évite de répéter inutilement une tâche 2 fois, et permet à chaque équipe de visualiser ses tâches.

La finesse de découpage

Chaque projet nécessite une finesse de découpage différente, et ce n’est pas toujours facile de déterminer le niveau de précision qu’il faut appliquer à son projet. Le principe fondamental à retenir est : chaque unité doit impérativement être associée à la charge de travail qu’il nécessite, à son coût et aux ressources qui seront nécessaire à sa réalisation.

Lorsque l’on atteint un livrable que l’on peut chiffrer très précisément, étape par étape, c’est que l’on a suffisamment découpé le projet, selon la méthode WBS.

Le schéma ne doit pas nécessairement être symétrique

Chaque branche du WBS ne comporte pas forcément le même nombre de niveau que les autres. Comme l’indique la règle de la finesse de découpage, dès que l’on atteint un niveau de découpage suffisamment précis pour être chiffré, la profondeur du découpage s’arrête.

Toutes les branches n’ont pas besoin du même niveau de découpage pour être chiffrables correctement, et le WBS peut parfaitement être asymétrique.

Les livrables sont préférables aux actions

Pour gagner en flexibilité dans le processus d’exécution de chaque tâche, il est important de définir les unités sous forme de livrable à fournir, et non pas de tâches à réaliser pour parvenir à ces livrables. Cette façon de voir les choses permet de mieux appréhender le projet, en l’envisageant directement sous forme de résultats.

About the author

admin

Leave a Comment